lettre information CAF
N°34 - Juin 2018
Accueil
Toutes les lettres
 
Sommaire de la lettre
Caf actu
Enfance et jeunesse
Logement et cadre de vie
Focus sur...
 
Lien vers votre Caf
> Archives lettre CAF > Par numéro de lettre > N°3 - Mai 2010 > La coordination de l’offre de garde des enfants : un atout pour le (...)

La coordination de l’offre de garde des enfants : un atout pour le développement du Pays de Gâtine. Un atout pour d’autres territoires ?

Le Pays de Gâtine, la Caf des Deux-Sèvres et la Msa collaborent depuis plusieurs années. Après l’émergence d’une commission petite enfance sur le territoire et le développement d’une expérimentation de garde d’enfants en horaires décalés, de nouvelles perspectives sur la coordination de l’offre de services petite enfance / enfance se font jour

Bref historique….

2002 : Création de la Commission Petite Enfance du pays de Gâtine, représentative des dix cantons. 2004 : Réalisation d’une plaquette Petite Enfance, regroupant l’ensemble des services sur chaque canton et organisation de 2 conférences débats dont l’une portait sur les questions de modes de garde en milieu rural.

2005- 2007 : Projet EQUAL « des gens au service des gens » porté par le Pays de Gâtine.

Elaboration et mise en œuvre d’une expérimentation de garde à domicile d’enfants en horaires décalés » sur 5 territoires ruraux : Thénezay, Ménigoute, Airvault/ St Loup, Moncoutant et Champdeniers.

Menée en complément de l’offre de garde classique, cette expérimentation a permis de vérifier que les services existants ne sont pas toujours connus des familles et de pointer ainsi la nécessité de coordonner l’offre de service de garde à l’échelle des Communautés de Communes notamment.

En 2008, le Pays de Gâtine, la CAF et la MSA élaborent et signent un protocole d’accord visant l’expérimentation du chaînage de l’offre de garde, par la création de guichets uniques pour les familles sur les territoires communautaires du Pays Thénezéen et du Val d’Egray et du SIVOM « Avenir en Gâtine ».

Dans une démarche concertée, ce protocole a pour objectifs :

- De rendre lisible pour les familles toute l’offre de garde d’enfants sur un territoire,

- D’accompagner les élus dans l’élaboration de leur politique enfance- petite enfance (en quoi les services de garde participent au maintien de la population ou à l’attraction du territoire).

- D’aider les professionnels à identifier les articulations nécessaires entre les différentes offres de garde et à rendre lisible cette offre de garde sur le territoire,

- De construire des perspectives pour le territoire sur le partage, la mutualisation des emplois dans le domaine des services à la personne (PE, PA, service de confort…),

- D’élaborer des stratégies de formation partagée entre services,

- De proposer de nouvelles offres de service par bassin de vie (CDC… regroupements de communes) par le chaînage de l’offre.

En 2009, cette démarche partenariale a donné lieu à la constitution d’un groupe de travail sur la question de la coordination de l’offre de garde petite-enfance/enfance avec l’ensemble des coordonnateurs enfance – petite enfance du Pays de Gâtine.

Les acteurs sont invités à partager leurs expériences, à présenter la démarche de travail entreprise sur chaque territoire, à échanger sur la méthodologie afin d’identifier des pistes de travail et de développer de nouveaux outils. La coordination de l’offre de garde sous-entend plusieurs points importants et nécessaires à la définition et conduite d’un projet de développement petite-enfance/enfance. En effet, des questions préliminaires se posent :

L’analyse du territoire semble incontournable : nécessité de repérer les axes de communication, les déplacements domicile travail. Identifier la couverture des services et les interactions entre eux. Quels services à prendre en compte pour une implantation pertinente de structure d’accueil du jeune enfant ?

Comment prendre en compte l’existant, les besoins des familles dans les territoires limitrophes (même s’il s’agit de département différent). Comment raisonne t’on en bassin de vie ?

Comment construire une approche globale pertinente, « comment les services petite enfance/enfance participent aux politiques de développement local ? » Ces services, même si leur nombre progresse sont souvent perçus comme des équipements coûteux et pas toujours comme un atout pour le développement du territoire. Ils sont pourtant aujourd’hui décisifs dans les choix d’installation des familles.

Comment soutenir et accompagner les élus dans la définition et la conduite du projet dans le contexte actuel (réforme des politiques territoriales, incertitudes…) Comment parler de prospective ? Quelle définition en fonction de la place que l’on occupe (technicien, élu).

Se pose également la question des compétences : on constate que les compétences « Enfance » peuvent être posées de façons différentes : elles peuvent être le reflet d’actions menées et non d’une politique conduite (articulation ou non entre compétence communale et compétence intercommunale et incidences produites). Le lien entre les deux n’est pas toujours évident. Le jeu d’acteurs : analyser les jeux d’acteurs pour mieux comprendre où se situent les enjeux. Etudier les relations entre la commune « centre » et l’intercommunalité. Rôle des communes dans l’intercommunalité.

La fonction de coordination s’apparente ainsi à une dynamique permettant une connaissance précise de l’existant, l’optimisation des moyens et la circulation de l’information entre les acteurs des territoires. Ces actions sont source d’un travail partenarial entre les professionnels et les élus, au service du développement de l’offre de garde et de sa lisibilité pour les familles Ce travail se poursuit en 2010 et intéresse particulièrement l’Université de Poitiers, qui avec le CISTE vient de fonder l’Institut de Dialogue Social et Territorial (IDST). Cette nouvelle structure, de dimension régionale vise à accompagner les acteurs (qu’ils soient élus, techniciens ou habitants) à travailler ensemble, à mener une réflexion sur la vie sociale et économique des territoires et à en comprendre les enjeux.

Le Pays de Gâtine s’avère être le premier de la région choisi pour expérimenter à partir de septembre, une formation cousue main sous forme de recherche action.

Ainsi, professionnels, élus, usagers des services Enfance Petite Enfance et institutions vont pouvoir confronter, échanger et construire autour des questions qui les animent avec l’appui d’une équipe universitaire composée de géographes, économistes et sociologues.

Cette démarche se déclinera en 3 temps :

- Une 1ère étape autour d’un temps fort à l’échelle du pays rassemblant élus, professionnels, usagers des services petite enfance des 10 cantons autour d’une question centrale " en quoi les services petite enfance sont importants pour le territoire ?" ; ceci permettant de partager les enjeux et de constater les points d’accord et de divergence.

- Une deuxième étape consacrée à la définition des rôles et règles du jeu entre les différents partenaires.

- Enfin, l’élaboration d’outils techniques pour répondre aux questions posées par les enjeux

Ainsi, les questions de compétences des collectivités locales, de logiques de développement local, d’analyse territoriale, de jeux d’acteurs pourront être travaillées et ces analyses permettront peut être d’aborder les réformes des politiques territoriales qui nous attendent, avec un peu plus de sérénité !


Source : communication.cafniort@caf.cnafmail.fr

AddInto Recommander  Flux Rss  Mentions légales